8 juin 2021 katia

📌 Point presse : Pons et merveilles!

Monte-Carlo (Auditorium Rainier III)
Dimanche 6 juin 2021

Nelson Goerner (piano)

Maria Toledo (chant)

Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, Josep Pons (direction)

Programme

RAVEL

Alborada del gracioso

DE FALLA

Nuits dans les Jardins d’Espagne

RAVEL

Rhapsodie espagnole

DE FALLA

L’Amour sorcier

En raison de sa situation géographique, on imagine que le Philharmonique de Monte-Carlo est artistiquement proche de l’Italie. Il l’est, bien sûr. Mais cela ne l’a pas empêché de briller dans un concert de musique espagnole.

Il y avait du flamenco dans l’air. La musique avait le front haut, l’œil de braise, la taille cambrée, le talon rageur. Le responsable ? L’excellent chef Josep Pons. En quelques répétitions, il avait su donner du sang andalou à l’orchestre entier. Il avait allumé des braseros à tous les pupitres. On ne vous dit pas l’allure de la célèbre Danse du feu dans l’« Amour sorcier »  de Falla !

Durant tout le concert, depuis l’« Alborada del gracioso » de Ravel qui ouvrait le programme, ce chef  eut une façon d’exagérer les accents qui donnait un mordant supplémentaire à ses interprétations. Il était le toréador qui stimulait son orchestre à coups de banderilles.

Mais il sut aussi obtenir des nuances infiniment délicates, comme ces pianos frémissants avec lesquels il fit naître le Prélude à la nuit de la « Rhapsodie espagnole » de Ravel. On était là dans le domaine du rêve.

Le pianiste Nelson Goerner fut un robuste soliste des « Nuits dans les jardins d’Espagne ». A dire vrai, la vigueur de son interprétation nous sembla plus diurne que nocturne !

Quant à l’« Amour sorcier », il eut une spectaculaire soliste en Maria Toledo, chanteuse venue du flamenco. Son chant sonorisé, accompagné de gestes incantatoires de la main, alluma le feu des amours gitanes.

Au gré des interventions de l’orchestre, nous avons aimé la manière dont la violoniste Liza Kerob, le violoncelliste Thierry Amadi, le trompettiste Gérald Rolland ou encore le corniste Patrick Peignier ont fait vibrer les mélodies ensorceleuses de l’ « Amour sorcier » ou comment le bassoniste Arthur Menrath a incarné le « Gracioso » de Ravel.

Tous, solistes ou musiciens, devaient beaucoup, ce soir-là, à qualité du chef Pons au pupitre.

Pons et merveille !

André Peyrègne